Rechercher

Le Repaire de Cartouche : une des dernières auberges de bonne mangeaille

Mis à jour : 23 juin 2019

Au 8 du boulevard des Filles du Calvaire, une adresse à la devanture discrète régale les habitués du 11e arrondissement de plats d'aubergiste racés. L'accueil y est bourru mais on s'y habitue... on en redemande, même ! La simplicité et l'authenticité de cette adresse à la décoration décrépie nous séduit autant que les assiettes pantagruéliques qu'elle nous propose.


Le Repaire de Cartouche figure parmi les dernières adresses parisiennes n'ayant pas cédé ni aux sirènes de la décoration design avant le goût ni aux diktats du véganisme.

Le chef Rodolphe Paquin, amoureux de terrines et de gibiers, propose une cuisine de terroir d'inspiration ménagère, sublime !

Les cuissons sont parfaitement maîtrisées et les saveurs franches.

Ouvert depuis 1998, sa cuisine ne prend pas une ride (contrairement aux peintures poussiéreuses accrochées aux murs). Au contraire, elle porte fièrement l'étendard d'une restauration du début du XXe siècle où le restaurant était autant un lieu de sociabilité que d'expression d'un patrimoine culinaire populaire. Toulouse Lautrec s'y serait plu, assurément !

Pâté en croûte au foie gras, petit-salé aux lentilles, rognon de veau rôti dans sa graisse, plateau de fromage façon tour de France et desserts régressifs... les portions sont généreuses et les goûts aussi.

Au déjeuner, j'ai planté les crocs dans leur mythique pâté-croûte au foie gras de canard. La tranche est si "individuelle" qu'une garnison affamée pourrait se nourrir dessus, moi comprise. Et les saveurs...! et la texture souple...! Un pâté-croûte digne des plus grands banquets (14€).

J'enchaîne, déjà bien calée sur ma banquette de cuir un peu usée, par un travers de porc fermier rissolé qui ferait passer tous les végétariens au régime carnivore en moins de deux (26€). Mon plateau de fromages m'emmène tantôt en Normandie, tantôt en Haute-Savoie avec un Camembert au lait cru comme il ne s'en fait plus et un Comté affiné 18 mois fleuri et salin (9€).

Je clôture ce gueuleton en retrouvant ma gourmandise de CE1 avec un petit-pot de crème vanille et ses madeleines. Lisse, crémeux, des grains de vanille qui croquent sous le palais et des petites madeleines façon financier dans lesquelles je m'emmitouflerais volontiers (9€).

Si la carte des vins au déjeuner est volontairement minimaliste et humble, le soir, le chef, sommelier à ses heures, sort le grand jeu avec plus de 100 références de vignerons-amis.

Au menu ou à la carte, comptez un honnête 50€/pers. Vous en ressortirez nourris, du ventre à l'esprit. Et pour les nostalgiques, vous pourrez toujours repartir avec un pot de rillettes ou de confiture maison.


Ouvert du mardi (12h-13h30 / 19h30-21h) au dimanche (12h-13h30).


51 vues
  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle

INSTAGRAM

@LEADOYEN